Solidaires Finances

D'année en année, la situation des agents du ministère de l’Economie et des Finances et de nos missions de services public ne cesse de se dégrader : déstructuration et démantèlement des missions, diminution des implantations, réduction massive des emplois, détérioration sans précédent des conditions de travail, non reconnaissance des agents - baisse des promotions et des plans de qualifications, amputation du budget de l’action sociale....

La présentation, que vous nous avez faite le 4 octobre dernier du budget 2017 illustre hélas, les choix politiques qui vous animent dans un déni total des agents, de leurs représentants et de ce que vous osez encore qualifier de « Dialogue Social ». Cela n’est pas acceptable, ce n’est plus tolérable !

Pour toutes ces raisons, la fédération Solidaires Finances a décidé de ne pas assister à la cérémonie des voeux que vous organisez ce jour.

Paris le 10 janvier 2017

lasuite1Les fédérations des finances étaient reçues par Christian Eckert, secrétaire d’Etat au budget, le 14 avril dernier, sur le thème du prélèvement à la source.
M. Eckert est tout d’abord revenu sur les récentes annonces gouvernementales contenues dans son dossier de presse de mars dernier. Il a fait un point d’étape sur l’avancement de ce dossier extrêmement lourd et complexe, expliquant notamment que l’objectif initial du gouvernement de faire voter une loi spécifique prévoyant l’instauration du prélèvement à la source cet été, avait été modifié. Son instauration sera précisée dans la loi de finances 2017.

lasuite1Jeudi 24 mars, les agents des Douanes initieront des actions, dans le cadre du refus du Projet Stratégique pour la Douane.
Ce projet ne passe toujours pas et ne peut pas passer.

lasuite1Un groupe de travail pour rien ! Il est temps d’ouvrir de véritables négociations.
Les propositions de mesures de l’administration : NBI pour quelques Assistants sociaux (ASS) et barème indemnitaire amélioré pour les Conseillers techniques de service social (CTR SS) ont soulevé l’exaspération des personnels concernés.
Les syndicats de Centrale CFDT et UNSA, puis FO, CGT, SUD, CFTC ont quitté la séance en exigeant :

  • L’ouverture de véritables négociations sur la reconnaissance des métiers de la filière sociale
  • Des mesures indiciaires qui s’appliquent à tous les agents de la filière

La proximité loin de chez vous ou comment casser ce qui marche !

lasuite1Ce 17 janvier s’est tenu un groupe de travail ministériel présidé par Laurent DE JEKHOWSKY, secrétaire général autour du projet «de Mutualisation des fonctions support».
Dans ce cadre, la Fédération Solidaires Finances à fait une déclaration préalable.

Extrait de la déclaration :

Certes, nous convenons qu’un groupe de travail n’est pas nécessairement le cadre propice à une intervention préalable mais nous souhaitons affirmer d’entrée de jeu, comme vous le faites vous-même dans l’introduction du document que les « fonctions [SUPPORT] sont tout à fait essentielles et déterminent la bonne marche des structures administratives » et, de ce fait, sont indispensables à la réalisation des missions fondamentales de l’ensemble des directions des ministères économiques et fi nanciers centrées, elles, sur leur coeur de métier spécifique.
Apparemment nous aurions un point d’accord ou, nous pourrions considérer que nous partons d’un constat partagé. Hélas, tout comme l’atteste la référence au rapport de l’IGF relatif au ratio de 12,4 % d’ETPT dédiés aux fonctions support, (soit 18 000 ETPT), on perçoit simultanément que l’unique objectif, fixé par les ministres dans leur note de décision de mise en oeuvre de la mutualisation des fonctions support à Bercy, est de faire des économies de moyens, à la fois d’emplois et de mètres carrés notamment et de réaliser de nouveaux et substantiels gains de productivité (un nouveau gisement massif d’emplois à supprimer en quelque sorte).

lasuite1Sans aucune concertation,(CF note jointe) un projet ministériel de mutualisation des fonctions support qui aura de fortes répercussions sur l’ensemble du coeur de métier du SG et donc sur son administration centrale est annoncé.

Dans le contexte actuel de la Modernisation de l’Action Publique (MAP) -la petite soeur de la RGPP nous pouvons par expérience en deviner les conséquences : BAISSE DES EFFECTIFS ET PAR CONSÉQUENCE DÉGRADATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL, DÉGRADATION DES SERVICES RENDUS.

Sud Centrale Solidaires a d’ores et déjà interpellé ses partenaires syndicaux afin qu’une initiative unitaire soit envisagée dans les meilleurs délais pour faire front et dénoncer ce projet et cette absence de concertation !