Inter-Pro

lasuite1

lasuite1C'est dans un contexte fait d'attaques frontales contre les droits des femmes et leur dignité fondamentale à vivre Égales en tout et pour tout, mais aussi de ripostes d'envergure, qu'est organisée la journée internationale des droits des femmes le 8 mars 2017.

lasuite1

lasuite1Cette condamnation est INACCEPTABLE !
Ce n’est pas qu’une affaire morale.
C’est un enjeu de société,
c’est un combat social et citoyen !

lasuite1Ce groupe de travail s'est réuni le 12 avril 2016 en présence de l'ensemble des directions des ministères, plusieurs fois interpellées pour l'absence de mise en place des mesures issues déjà du premier plan égalité ministériel signé en 2011, auquel se rajoutent désormais des mesures d'un deuxième plan (non signé en 2015).

lasuite1Le déni de démocratie sociale n’a jamais été aussi criant depuis des années !

lasuite1Dans l'unité, nos organisations syndicales des services centraux refusent d'être complices de la remise en cause des garanties des salarié-e-s du privé et du public (code du travail, statut de la Fonction publique).

lasuite1Le 9 mars, nous étions des centaines de milliers dans les rues. Le mouvement social s’est levé.
Le gouvernement a marqué le coup. Par les annonces minimalistes du 14 mars, il tente de désarmorcer la colère des jeunes, des salariés du privé et du public, et des citoyens en général.

lasuite1Communiqué interfédéral finances commun.

lasuite1

lasuite1L’état d’urgence, instauré le 13 novembre suite aux horribles attentats commis à Paris à et Saint-Denis et prorogé pour une période d’au moins trois mois par l’assemblée nationale, fait suite à la situation tragique et exceptionnelle que nous avons vécue. Il déroge à «l’état de droit». Il permet de contourner plusieurs acquis démocratiques fondamentaux. La vigilance doit être de mise pour éviter que la lutte contre le terrorisme ne légitime les restrictions importantes de nos libertés fondamentales collectives et individuelles, et notamment syndicales.

Textes de l'Union syndicale Solidaires

Communiqué de l'Union syndicale Solidaires.

L’Union syndicale Solidaires exprime sa profonde tristesse et sa solidarité avec toutes les victimes des attentats qui ont secoué Paris et Saint Denis hier soir, avec leurs familles, leurs collègues, leurs ami-es.
Elle salue le courage de toutes les personnes, fonctionnaires, agents des services publics, membres de la sécurité civile qui sont intervenues et ont porté les secours.
Le mouvement syndical est un instrument de la démocratie et de la lutte collective pour une société d’égalité, de justice sociale et de paix. Notre combat contre tous les fascismes et pour la transformation sociale prend tout son sens après une telle horreur.
L’Union syndicale Solidaires participera à l’expression de la solidarité aux victimes. Elle reste attentive aux évolutions de la situation et fera front avec l’ensemble des mouvements sociaux pour résister au piège
de la terreur mais aussi restera vigilante à toute restriction des libertés publiques dans un contexte national et international qui n’a fait que s’aggraver depuis les attentats de janvier.
Nous rejetons toute stigmatisation d’une partie de la population pour son origine ou sa religion, toute intolérance religieuse, et nous continuerons à combattre des attitudes ou des politiques de ce type dans les entreprises, les services et dans la société de manière générale.Des vraies solutions pour la paix et la justice sociale sont nécessaires.

Paris, le 14 novembre 2015

Communiqué intersyndical : CGT- CFDT - CFE CGC – CFTC – UNSA – Solidaires – FSU

Après les attentats effroyables commis cette nuit à Paris, les organisations signataires CGT - CFDT - CFE CGC – CFTC – UNSA – Solidaires – FSU assurent de leur solidarité toutes les personnes et leurs proches qui en ont été victimes.
En frappant indifféremment la population, en ciblant des lieux de culture, de sport ou tout simplement de loisirs et de rencontres amicales, fréquentés par beaucoup de jeunes, les terroristes envoient un message clair : c’est bien toute la société qui est aujourd’hui visée.
C’est pourquoi le mouvement syndical, tout comme il s’était rassemblé après les attentats de janvier dernier, exprime ensemble son émotion mais assure aussi que rien ne saurait remettre en cause sa détermination à lutter contre toute les atteintes à la démocratie, à la paix et aux libertés.
Comme elles l’avaient fait au début de l’année 2015 en décidant de travailler sur toutes les incidences pour le monde du travail, matérialisé par le texte "Vivre ensemble, Travailler ensemble", les organisations syndicales se retrouveront très prochainement pour poursuivre leurs échanges sur la situation créée par ces attentats et poursuivre leur engagement pour lutter contre les replis, les stigmatisations, les divisions, contre toutes tentatives de terreur dans lesquelles veulent nous enfermer les terroristes, afin de continuer à faire société ensemble.

Paris, le 14 novembre 2015