Actions

Lire les analyses du Solidaires DGFIP :

"Psychodrame sur le PAS" et "Débats et enjeux"

2018 09 04 17 38 38 2018 09 01 PAS.pdf Adobe Acrobat Reader DC2018 09 04 17 40 56

Lire la lettre adressée au Président le 30 mai 2018

2018 06 06 15 01 18 lettre president intersyndicale ccrf.pdf SumatraPDF

315

ALERTE ROUGE A LA DGCCRF : SIGNER LA PETITION

2018 05 04 CONSOMMATEURS EN DANger

Lire aussi le communqué de l'intersyndicale adressée aux agents

2018 05 04 Intersyndicale CCRF

Reconstruire la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes est INDISPENSABLE !

PROTEGER LES CONSOMMATEURS, C’EST NOTRE MISSION !
L’ENQUETE, C’EST NOTRE METIER !

Quelques exemples d'intervention de la DGCCRF :
- Jouets et appareils électriques dangereux
- Chaussures et vêtements toxiques
- Produits contenant des résidus de pesticides
- Contrôle hôtels et restaurants
- Tromperie sur le poids des produits commercialisés
- Produits décongelés sans mention de décongélation
- Arnaques dans le démarchage à domicile et le crédit
- Corps étrangers dans les produits alimentaires
- Prestations en maisons de retraite
- Contrôle du commerce sur internet
- Compléments alimentaires dangereux pour la santé
- Publicité mensongère dans tous les secteurs

Et ces derniers jours, du cheval au lieu du bœuf dans les plats cuisinés !

En 2009, les services de contrôles de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes ont été éclatés entre deux administrations, la DDPP et la DIRECCTE !

Dispersés, les enquêteurs sont aujourd'hui moins efficaces pour détecter des fraudes.

Dans le même temps, la DGCCRF a subi des baisses d’effectifs considérables (15 % en 6 ans, soit une perte de 561 emplois). La DGCCRF ne compte plus que 3000 agents aujourd'hui dont à peine 2000 enquêteurs !
48 départements comptent moins de 12 agents, 28 départements moins de 8 agents !!

Nous, agents de la DGCCRF, estimons ne plus être en mesure d’assurer correctement la défense de vos intérêts économiques et de votre sécurité de consommateurs.

Nous n’avons eu de cesse d’alerter les pouvoirs publics sur cette situation.

Pour autant, la décision de reconstruire la DGCCRF tarde à être prise par le Premier ministre !

OUI, la DGCCRF est un service RÉGALIEN de l'ÉTAT au service de l'intérêt général et de l'ensemble des consommateurs !

OUI, les missions de service public de protection des consommateurs
doivent être exercées partout, dans tous les départements, de la même manière!

OUI, les enquêtes de la DGCCRF sont INDISPENSABLES au bon fonctionnement du marché !

Il est temps de remettre sur pied une administration de protection économique des consommateurs cohérente et efficace sur l’ensemble du territoire !

Nous comptons sur votre soutien.

Les signataires

cliquer ici

 

Quelques photos de notre action intersyndicale le 8 mars.

Quelques chiffres pour mémoire :

- 123 femmes ont été assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016.

- 84 000 femmes ont été victimes de viol ou tentatives de viol en moyenne depuis 2012.

- 80 % des femmes sont régulièrement confrontées à des attitudes sexistes ou décisions sexistes.

- 70 % des cas de harcèlement sexuel ne sont pas dénoncés auprès de l’employeur.

- La retraite des femmes reste toujours inférieure de 40 % à celles des hommes.

- En 2018, les femmes en France sont toujours payées 26 % de moins que les hommes. Comme si elles arrêtaient tous les jours d’être payées à 15h40…

 

Diapositive1

Diapositive2

 

Diapositive3

Lire le communiqué interfédéral

 

10 oct interfederal

A Bercy comme ailleurs, refusons la casse du code du travail ! Lire le préavis de Solidaires fonction publique

visuel 170912

Lire le communiqué de Solidaires Fonction publique

170721 darmanin

 

Voici un texte de compromis pour une expression des trois syndicats qui n'ont pas validé PPCR.

Suite aux annonces du ministre de l'action et des comptes publiques, qui laissent planer le doute sur le calendrier PPCR, nous n'avons pas pris part au texte proposé par les 6 signataires du non accord.
Nous ne manquerons pas de préciser auprès du ministre les revendications de Solidaires qui de fait n'apparaissent pas forcément dans leur totalité dans le texte ci dessous.

170719 com press

 

170707 securite

lasuite1

lasuite1Les Fédérations de fonctionnaires CGT, FO, Solidaires et FA-FP réunies le 9 février 2017 soutiennent pleinement toutes les initiatives prises par les différents secteurs de la fonction publique, sous forme de mobilisations, actions et grèves le 7 mars 2017.

D'année en année, la situation des agents du ministère de l’Economie et des Finances et de nos missions de services public ne cesse de se dégrader : déstructuration et démantèlement des missions, diminution des implantations, réduction massive des emplois, détérioration sans précédent des conditions de travail, non reconnaissance des agents - baisse des promotions et des plans de qualifications, amputation du budget de l’action sociale....

La présentation, que vous nous avez faite le 4 octobre dernier du budget 2017 illustre hélas, les choix politiques qui vous animent dans un déni total des agents, de leurs représentants et de ce que vous osez encore qualifier de « Dialogue Social ». Cela n’est pas acceptable, ce n’est plus tolérable !

Pour toutes ces raisons, la fédération Solidaires Finances a décidé de ne pas assister à la cérémonie des voeux que vous organisez ce jour.

Paris le 10 janvier 2017

lasuite1

lasuite1Cette condamnation est INACCEPTABLE !
Ce n’est pas qu’une affaire morale.
C’est un enjeu de société,
c’est un combat social et citoyen !

lasuite1Ce groupe de travail s'est réuni le 12 avril 2016 en présence de l'ensemble des directions des ministères, plusieurs fois interpellées pour l'absence de mise en place des mesures issues déjà du premier plan égalité ministériel signé en 2011, auquel se rajoutent désormais des mesures d'un deuxième plan (non signé en 2015).

lasuite1Les fédérations des finances étaient reçues par Christian Eckert, secrétaire d’Etat au budget, le 14 avril dernier, sur le thème du prélèvement à la source.
M. Eckert est tout d’abord revenu sur les récentes annonces gouvernementales contenues dans son dossier de presse de mars dernier. Il a fait un point d’étape sur l’avancement de ce dossier extrêmement lourd et complexe, expliquant notamment que l’objectif initial du gouvernement de faire voter une loi spécifique prévoyant l’instauration du prélèvement à la source cet été, avait été modifié. Son instauration sera précisée dans la loi de finances 2017.

lasuite1Dans l'unité, nos organisations syndicales des services centraux refusent d'être complices de la remise en cause des garanties des salarié-e-s du privé et du public (code du travail, statut de la Fonction publique).

lasuite1Jeudi 24 mars, les agents des Douanes initieront des actions, dans le cadre du refus du Projet Stratégique pour la Douane.
Ce projet ne passe toujours pas et ne peut pas passer.

lasuite1Un groupe de travail pour rien ! Il est temps d’ouvrir de véritables négociations.
Les propositions de mesures de l’administration : NBI pour quelques Assistants sociaux (ASS) et barème indemnitaire amélioré pour les Conseillers techniques de service social (CTR SS) ont soulevé l’exaspération des personnels concernés.
Les syndicats de Centrale CFDT et UNSA, puis FO, CGT, SUD, CFTC ont quitté la séance en exigeant :

  • L’ouverture de véritables négociations sur la reconnaissance des métiers de la filière sociale
  • Des mesures indiciaires qui s’appliquent à tous les agents de la filière

lasuite1L’état d’urgence, instauré le 13 novembre suite aux horribles attentats commis à Paris à et Saint-Denis et prorogé pour une période d’au moins trois mois par l’assemblée nationale, fait suite à la situation tragique et exceptionnelle que nous avons vécue. Il déroge à «l’état de droit». Il permet de contourner plusieurs acquis démocratiques fondamentaux. La vigilance doit être de mise pour éviter que la lutte contre le terrorisme ne légitime les restrictions importantes de nos libertés fondamentales collectives et individuelles, et notamment syndicales.

Textes de l'Union syndicale Solidaires

La proximité loin de chez vous ou comment casser ce qui marche !

Communiqué de l'Union syndicale Solidaires.

L’Union syndicale Solidaires exprime sa profonde tristesse et sa solidarité avec toutes les victimes des attentats qui ont secoué Paris et Saint Denis hier soir, avec leurs familles, leurs collègues, leurs ami-es.
Elle salue le courage de toutes les personnes, fonctionnaires, agents des services publics, membres de la sécurité civile qui sont intervenues et ont porté les secours.
Le mouvement syndical est un instrument de la démocratie et de la lutte collective pour une société d’égalité, de justice sociale et de paix. Notre combat contre tous les fascismes et pour la transformation sociale prend tout son sens après une telle horreur.
L’Union syndicale Solidaires participera à l’expression de la solidarité aux victimes. Elle reste attentive aux évolutions de la situation et fera front avec l’ensemble des mouvements sociaux pour résister au piège
de la terreur mais aussi restera vigilante à toute restriction des libertés publiques dans un contexte national et international qui n’a fait que s’aggraver depuis les attentats de janvier.
Nous rejetons toute stigmatisation d’une partie de la population pour son origine ou sa religion, toute intolérance religieuse, et nous continuerons à combattre des attitudes ou des politiques de ce type dans les entreprises, les services et dans la société de manière générale.Des vraies solutions pour la paix et la justice sociale sont nécessaires.

Paris, le 14 novembre 2015

Communiqué intersyndical : CGT- CFDT - CFE CGC – CFTC – UNSA – Solidaires – FSU

Après les attentats effroyables commis cette nuit à Paris, les organisations signataires CGT - CFDT - CFE CGC – CFTC – UNSA – Solidaires – FSU assurent de leur solidarité toutes les personnes et leurs proches qui en ont été victimes.
En frappant indifféremment la population, en ciblant des lieux de culture, de sport ou tout simplement de loisirs et de rencontres amicales, fréquentés par beaucoup de jeunes, les terroristes envoient un message clair : c’est bien toute la société qui est aujourd’hui visée.
C’est pourquoi le mouvement syndical, tout comme il s’était rassemblé après les attentats de janvier dernier, exprime ensemble son émotion mais assure aussi que rien ne saurait remettre en cause sa détermination à lutter contre toute les atteintes à la démocratie, à la paix et aux libertés.
Comme elles l’avaient fait au début de l’année 2015 en décidant de travailler sur toutes les incidences pour le monde du travail, matérialisé par le texte "Vivre ensemble, Travailler ensemble", les organisations syndicales se retrouveront très prochainement pour poursuivre leurs échanges sur la situation créée par ces attentats et poursuivre leur engagement pour lutter contre les replis, les stigmatisations, les divisions, contre toutes tentatives de terreur dans lesquelles veulent nous enfermer les terroristes, afin de continuer à faire société ensemble.

Paris, le 14 novembre 2015

lasuite1Ce 17 janvier s’est tenu un groupe de travail ministériel présidé par Laurent DE JEKHOWSKY, secrétaire général autour du projet «de Mutualisation des fonctions support».
Dans ce cadre, la Fédération Solidaires Finances à fait une déclaration préalable.

Extrait de la déclaration :

Certes, nous convenons qu’un groupe de travail n’est pas nécessairement le cadre propice à une intervention préalable mais nous souhaitons affirmer d’entrée de jeu, comme vous le faites vous-même dans l’introduction du document que les « fonctions [SUPPORT] sont tout à fait essentielles et déterminent la bonne marche des structures administratives » et, de ce fait, sont indispensables à la réalisation des missions fondamentales de l’ensemble des directions des ministères économiques et fi nanciers centrées, elles, sur leur coeur de métier spécifique.
Apparemment nous aurions un point d’accord ou, nous pourrions considérer que nous partons d’un constat partagé. Hélas, tout comme l’atteste la référence au rapport de l’IGF relatif au ratio de 12,4 % d’ETPT dédiés aux fonctions support, (soit 18 000 ETPT), on perçoit simultanément que l’unique objectif, fixé par les ministres dans leur note de décision de mise en oeuvre de la mutualisation des fonctions support à Bercy, est de faire des économies de moyens, à la fois d’emplois et de mètres carrés notamment et de réaliser de nouveaux et substantiels gains de productivité (un nouveau gisement massif d’emplois à supprimer en quelque sorte).

lasuite1Sans aucune concertation,(CF note jointe) un projet ministériel de mutualisation des fonctions support qui aura de fortes répercussions sur l’ensemble du coeur de métier du SG et donc sur son administration centrale est annoncé.

Dans le contexte actuel de la Modernisation de l’Action Publique (MAP) -la petite soeur de la RGPP nous pouvons par expérience en deviner les conséquences : BAISSE DES EFFECTIFS ET PAR CONSÉQUENCE DÉGRADATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL, DÉGRADATION DES SERVICES RENDUS.

Sud Centrale Solidaires a d’ores et déjà interpellé ses partenaires syndicaux afin qu’une initiative unitaire soit envisagée dans les meilleurs délais pour faire front et dénoncer ce projet et cette absence de concertation !